Un cocktail explosif

Des chercheurs de la faculté de biologie de Technion présentent une nouvelle technique permettant d’évaluer l’efficacité des cocktails d’antibiotiques

Prof. Roy Kishony - Crédit photo: Bureau du porte-parole de Technion

Des chercheurs des facultés de biologie et d'informatique du Technion - l'institut israélien technologique de Haïfa - ont mis au point une nouveau procédé pour mesurer l'efficacité des «cocktails d'antibiotiques» associant différents types d'antibiotiques.


Publiés dans la revue Nature Microbiology sous le titre «Additivité des effets inhibiteurs dans les associations de plusieurs médicaments», leur étude montre comment l'efficacité d'un cocktail d'antibiotiques dépend du nombre d'antibiotiques différents qu'il contient. Les recherches ont été menées par le professeur Roy Kishony des deux facultés et le Doctorant Dor Russ de la Faculté de biologie.

Un peu d'histoire...


Les antibiotiques sont l’une des percées les plus importantes de l’histoire de la médecine; En fait, ils constituaient davantage une découverte qu'une invention, car les antibiotiques ont évolué et sont produits naturellement par les champignons et les levures dans la nature.


Le développement de médicaments à base d'antibiotiques naturels a commencé il y a un siècle, grâce aux recherches du bactériologiste britannique, Sir Alexander Fleming, du pharmacologue, Howard Walter Florey et du biochimiste allemand, Sir Ernest Boris Chain, récipiendaire du prix Nobel de médecine en 1945. Le Dr. Fleming a d'abord observé les propriétés antibiotiques une colonie de champignons ( Penicillium notatum ) qui produit de la pénicilline, mais ce sont Chain et Fleury qui en ont fait un traitement utile. Les trois scientifiques ont sauvé la vie de plus de 200 millions de personnes dans le monde.


Les antibiotiques sont une variété de molécules dérivées de micro-organismes qui contrôlent la croissance ou tuent d'autres " bactéries ". Les antibiotiques synthétiques, qui sont habituellement chimiquement liés aux antibiotiques naturels, ont depuis été fabriqués pour accomplir les mêmes tâches.


Malgré ces biens faits, l'utilisation des antibiotiques est une arme à double tranchant. En effet, l'utilisation fréquente d'antibiotiques entraîne l'apparition de bactéries résistantes à celle-ci - un processus que le professeur Kishony a déjà démontré à l'aide d'une plate-forme unique qu'il a construite avec ses collègues de l'Université de Harvard.

Le Prof. Roy Kishony et l'étudaint doctorant Dor Russ - Crédit photo: Bureau du porte-parole de Technion


Et aujourd'hui,

De nombreux chercheurs s'inquiètent d'une «ère post-antibiotique au cours de laquelle les bactéries ne seront plus combattues par les antibiotiques. L’une des contributions du professeur Kishony dans ce contexte est une méthode permettant d’estimer le niveau actuel de résistance d’une bactérie donnée aux antibiotiques et de prédire la résistance qu’elle est susceptible de développer à l’avenir.

Sur la base de ces informations, il est possible de prescrire les antibiotiques les plus efficaces au patient. Cette étude a examiné l'efficacité de cocktails de divers antibiotiques.

Les chercheurs du Technion ont mis au point un système automatisé innovant qui permet de mesurer avec précision l'effet de différentes combinaisons d'antibiotiques sur les bactéries. Ils ont constaté que plus le nombre de médicaments dans une combinaison est important entrainant une dose totale de médicament nécessaire pour inhiber la croissance élevé plus la dose de chaque médicament individuel peut être réduite sans impacter l'efficacité du cocktail. Les chercheurs ont examiné différentes combinaisons de plusieurs antibiotiques sur plusieurs types de bactéries, confirmant ainsi l'efficacité de ce nouveau système qu'ils ont mis au point.

Dans le diagramme: La quantité totale d'antibiotiques nécessaires à l'inhibition de la croissance bactérienne augmente avec la racine carrée du nombre de médicaments différents dans un cocktail. Chaque point du graphique représente une combinaison de deux à dix antibiotiques différents. Lorsque le nombre d'antibiotiques différents dans le cocktail augmente, la quantité requise de chacun des médicaments diminue (la pente du graphique α est inférieure à un), tandis que la quantité totale augmente. Crédit photo: Bureau du porte-parole de Technion

Source : Technion - Israel Institute of Technology

A lire également :

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)