Technion (ParrotNet) : une espèce invasive de perroquets met en danger l’agriculture en Israël et en Europe

L’écologiste Assaf Shwartz, au Technion (Israël), qui dirige une équipe internationale qui étudie l’impact des espèces invasives en Israël et en Europe, déclare : « Il est important d’empêcher la dissémination d’espèces non indigènes dans la nature. Les perroquets non indigènes peuvent causer des dommages agricoles importants et menacer la biodiversité, même si ces impacts varient fortement selon l’endroit où ces perroquets ont été introduits ».

Amenés en Europe comme animaux de compagnie, les perroquets et perruches (tous deux de la famille psittacidés*) évadés ou libérés ont établi de nombreuses populations sauvages à travers l’Europe. Des dizaines de milliers de perruches à collier et de perruches moines constituent la majeure partie des psittacidés d’Europe, mais plusieurs autres espèces se développent également.

Cette équipe paneuropéenne de chercheurs, de défenseurs de l’environnement, de responsables de la protection de la faune sauvage et de responsables politiques a collaboré au projet ParrotNet dans le cadre d’un programme COST de l’UE, et ont examiné les preuves disponibles concernant les dommages causés par les perroquets pour limiter les dommages à venir. ParrotNet (hébergé par l’Université de Kent, RU) est un réseau européen de scientifiques, de praticiens et de décideurs politiques dédié à la recherche sur les perroquets envahissants, leurs impacts et les défis qu’ils présentent. « Notre réseau s’efforce de mieux comprendre pourquoi les perruches sont des envahisseurs très performants, comment prédire leurs impacts agricoles, économiques, sociétaux et écologiques en Europe et les moyens de les atténuer, et d’aider les décideurs politiques à gérer les défis posés par cette espèce invasive ».

Dr. Assaf Shwartz
Dr. Assaf Shwartz

Il existerait plus de 200 espèces de perroquets et perruches originaires d’Amérique du Sud et d’Inde. « Ils ont été amenés en Israël comme animaux de compagnie, certains ont été libérés ou se sont échappés de leurs cages et ont créé d’énormes populations en liberté. Elles augmentent chaque année et il y a aujourd’hui plus de 10 000 perruches à collier et perruches moine en Israël », explique le Dr Assaf Shwartz, de la Faculté d’architecture et d’urbanisme du Technion en Israël.

Des dommages importants aux récoltes

Les perroquets et perruches introduits peuvent endommager l’environnement, mais les impacts graves sont rares et localisés. La plupart des dégâts signalés étaient liés aux perruches à collier et aux perruches moine répandues et abondantes localement. Des études montrent que, dans leurs régions d’origine, les deux espèces peuvent (et le font régulièrement) infliger d’importantes pertes de récoltes. Mais en Europe tempérée, les pronostics concernant des dommages comparables, étendus et graves, causés à l’agriculture ne se sont pas encore établis. Des impacts sévères sur les cultures ont été enregistrés en Europe méditerranéenne.

La compétition avec les espèces indigènes pose un problème plus sérieux, en particulier pour les perruches à collier, car elles peuvent rivaliser avec les espèces indigènes pour la nourriture et les sites de reproduction. En Amérique du sud, les perruches moine sont reconnues pour les dégâts causés par les incendies de leurs nids de branches installés sur les infrastructures électriques, mais il existe très peu de preuves de tels problèmes en Europe. Les impacts signalés pour d’autres espèces de perruches en Europe sont pratiquement inexistants. Introduites plus récemment, leurs populations sont relativement petites et localisées.

Différences dans les rapports

Credit : ParrotNet
Credit : ParrotNet

L’étude souligne également que les différences de dommages, dans la façon dont ils sont rapportés et résumés, influencent les résultats des évaluations d’impact sur les espèces envahissantes. Le niveau de menace généralisé que représentent les espèces envahissantes est souvent basé sur leurs pires impacts connus, tandis que la capacité d’une espèce à causer des dommages nécessite souvent des circonstances spécifiques. Bien que ces informations soient pertinentes pour identifier les envahisseurs pouvant avoir des impacts majeurs, elles ne sont pas représentatives des impacts que l’espèce est susceptible d’avoir une fois introduite dans une nouvelle zone. Des témoignages de dommages dans la zone d’origine ou dans d’autres zones envahies donne généralement lieu à des estimations du niveau de menace plus élevées que celles observées en Europe.

«Les perruches à collier et les perroquets moines ont déjà établi d’importantes populations en Israël et en Europe. En fin de compte, la décision sur les moyens de réduire les dommages est entre les mains des décideurs, mais en tant que scientifiques, il est important de noter que le meilleur moyen de lutter contre les invasions d’espèces est d’empêcher la dissémination d’espèces non indigènes dans la nature. Des études ont montré que dans les îles, il est possible d’éradiquer ou d’atténuer les populations d’envahisseurs (par exemple aux Seychelles), mais sur les grands continents, dans des régions telles que Israël et l’Europe, il n’existe pas de solution miracle au problème. il est donc important de mener de vastes études coûts-avantages avant de prendre diverses mesures », a déclaré le Dr Shwartz.

Publication dans Neobiota,15 juillet 2019

* Psittacidés, oiseaux à becs crochus et zygodactyles, ayant deux doigts à l’avant et deux doigts à l’arrière. Ils regroupent 340 espèces environ. Pour en savoir plus, allez sur le site oiseaux-mania qui précise : « tous les psittacidés ont des capacités d’intelligence, qu’ils soient perruches, perroquets ou autre, ils méritent tous d’être élevé au rang de perroquet, petits ou grands, colorés ou non, qu’ils parlent ou non…«

Traduction/adaptation Esther Amar pour Israël Science Info

A lire également :

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)