Sauvé par votre regard ?

Un moniteur de mouvement de paupières (EMM) a été développé par les chercheurs de la Faculté d'ingénierie électrique du Technion, Andrew et Erna Viterbi. Ce dispositif permet de diagnostiquer des maladies en fonction des mouvements des paupières.

Le projet a récemment été publié dans Graefe's Archive for Clinical and Experimental Ophthalmology.

 

Durant ses phases de développement, l'appareil a remporté plusieurs prix internationaux et a été classé parmi les 20 premiers au Concours d'Europe Texas Instruments Innovation Challenge (TIIC). Ces deux dernières années, l'appareil a été utilisé dans des essais cliniques du centre médical Haemek à Afula, Israël.

L'appareil fut au départ développé par le Professeur Levi Schachter du Technion, et le Doctorant Adi Hanuka, qui participa à ce projet dès son premier cycle. Hanuka a poursuivie ses recherches tout au long de ses études supérieures, avec l'aide d'une équipe d'étudiants sous sa supervision.

"Le mouvement de la paupière nous fournit des informations significatives sur la santé du patient", a expliqué Hanuka. "Ces mouvements peuvent indiquer non seulement une maladie des yeux, mais également une maladie neurologique telle que la maladie de Parkinson ou maladie auto-immune telle que la maladie de Basedow (1). A la demande du Dr Daniel Briscoe, Président du Département d'Ophtalmologie du Centre Médical Haemek, nous avons développé un dispositif qui peut être installé sur des verres de réfraction standard utilisés dans les tests oculaires. »

Les lunettes sont équipées d'un système matériel et informatique, qui surveille et interprète les mouvements des paupières. Avec l'accord du Règlement du Comité Ethique sur les Travaux de Recherche Impliquant des Participants Humains (ECRRWIHP), des données comprenant 100 sujets ont été recueillies afin de définir les modèles de mouvement des paupières (vitesse et fréquence de clignotement) d'une personne en bonne santé. Les mouvements des paupières ont été analysés à l'aide d'un algorithme de traitement des signaux écrit par les élèves Tal Berkowitz, Michal Spector, Shir Laufer et Naama Pearl.

L'équipe a d'abord examiné la dystonie blépharospasme, une maladie caractérisée par une contraction involontaire des muscles, responsables de la fermeture des yeux. Les chercheurs ont trouvé une relation quantitative et statistiquement significative, entre le clignement des paupières d'une personne et cette maladie, ce qui signifie que l'appareil pourrait être utilisé pour la diagnostiquer. Le système a également été utilisé pour examiner les effets des injections de Botox, un traitement habituellement utilisé dans les cas de blépharospasme, et il a été constaté qu'en moins de 15 minutes, les contractions diminuent et l’indice de nictation devient similaire à ceux d’une personne en bonne santé.

Les chercheurs recueillent également des informations sur d'autres groupes de recherche, y compris les patients atteints de démence et de maladie de Parkinson.

"En plus de la conception du produit à des fins de commercialisation, nous travaillons dans plusieurs directions : développer l'appareil comme une plate-forme de recherche multidisciplinaire sur divers sujets tel que l’effet des émotions sur la nictation ou la communication alternative pour des personnes paralysés souffrant du locked-in syndrome ou de tétraplégie. Cela permettrait également un diagnostic automatique par ordinateur, basé sur une comparaison informatisée entre le suivi spécifique et une base de données étendue ", a déclaré Hanuka.

Selon les chercheurs, l'appareil a le potentiel de diagnostiquer toutes les maladies qui sont exprimées neurologiquement, y compris de nombreuses infections oculaires et systémiques telles que la Ptosis, une maladie des yeux de la thyroïde, la maladie de Parkinson, la Myasténie Gravis et les maladies neurologiques telles que la troisième et la septième paralysie du nerf crânien

Pour une meilleure expérience de lecture
veuillez consulter ce site en format portrait, merci :)